Issigeac




Ancienne villa gallo-romaine, Issigeac s'est construite de manière concentrique autour d'un monastère et d'un prieuré.

Le village dépendait initialement de la seigneurie de Bergerac. Mais les pouvoirs féodaux ont été accaparés par les doyens, chefs de la communauté des moines.

En 1317, le monastère est rattaché à l'abbaye de Sarlat. Issigeac devient la résidence des évêques de Sarlat. Deux d'entre eux y mèneront de grands travaux. Armand de Gontaut-Biron fait construire l'église actuelle achevée en 1527, l'une des rares églises gothiques du Périgord. François de Salignac crée le Palais d'été en 1669. L'endroit sera régulièrement fréquenté par son neveu, Fénélon.

La cité s'est fortifiée au XIIIème siècle. La Charte des coutumes de 1298 autorise les habitants à accoler leurs maisons contre les murs de ville. Ils peuvent également construire dessus et y percer des fenêtres et des fosses d'aisance, sous réserve de respecter une hauteur minimum de 15 pieds ... et d'acquitter une taxe.

Le 14 septembre 1298, par devant notaire, le seigneur-doyen et les habitants ont adopté la Charte des coutumes d'Issigeac.

De son monastère, le seigneur-doyen entend assumer tout pouvoir spirituel et temporel sur la ville, avec haute et basse justice. Les habitants renoncent à élire un maire, un consul ou un procureur-syndic.

En contrepartie, ils sont exemptés de la quête et de la taille. Ils sont dispensés du duel judiciaire en cas de litige et ne peuvent être soumis à la question ni à la torture.

La Charte énumère avec soin les différentes infractions susceptibles d'être commises par les habitants d'Issigeac ainsi que les pénalités correspondantes. Pour les coups et blessures, les gens ont le choix entre "le glaive, un instrument de fer, os, bâton, glace ou tuile". Ce code pénal de village est d'abord une machine à sous pour le seigneur-doyen qui encaisse le produit des amendes, d'autant que le tarif est doublé si l'infraction est commise de nuit.

Les couples adultères sont condamnés à courir nus dans le village ... sauf à payer 20 sols au seigneur-doyen.

Enfin, chaque année lors de la Saint Martin, les cordonniers doivent présenter au seigneur-doyen une paire de chaussures de la meilleure facture, les forgerons doivent lui confectionner un couteau et les maréchaux-ferrants lui ferrer ses chevaux.

Je postule pour le poste de seigneur-doyen.